• actualitésOpen or Close
    • Article dans Opéra Magazine
      J’ai la chance d’être le jeune talent du mois de mai dans Opéra Magazine ! Merci à la délicieuse Katia Choquer pour sa plume et son écoute !
      Lire la suite
    • A l’Opéra de Paris !!
      J’ai l’immense joie d’être artiste en résidence de L’ Académie de l’Opéra national de Paris pour la saison 2017/2018 ! C’est une très belle histoire de famille qui se perpétue : ma grand-mère figurante dans sa jeunesse a rencontré mon grand-père sur les marches de Garnier, ma mère y était choriste et mon père travaillait à la bibliothèque de l’opéra, ma tante aux maquettes des décors et mon oncle pianiste...Bastille fait déjà partie de ma famille !
      Lire la suite
    • Récital de Master 2 - Eloge de l’abandon
      Salle Rémy Pflimlin au CNSM de Paris 209 avenue Jean-Jaurès 75019 Paris Eloge de l’abandon Du vieux français bandon (permission), les sens du mot "abandon" possède de multiples facettes : céder, laisser aller, confier et finalement délaisser...la vie n’a de sens que si l’on accepte de s’y perdre, de mourir à soi-même... avec Pierre-Yves Hodique, piano Louise Pierrard, viole de gambe Adèle Gornet, clavecin Ryan Veillet, ténor Mathieu Dubroca, baryton Opus 333, quatuor de saxhorn Jean Daufresne, Patrick Wibart, Vianney Desplantes et Corentin Morvan
      Lire la suite
    • Le mariage secret de Cimarosa EN LIGNE !
      Sous la baguette de Patrick Davin et dans une mise en scène Cécile Roussat, Julien Lubeck, j’ai pris un immense plaisir à jouer Elisetta dans le Mariage Secret. Si vous n’avez pas pu venir, c’est en ligne ! Ne manquez pas cette superbe production ! Acte I : http://www.conservatoiredeparis.fr/nc/voir-et-entendre/videos/article/il-matrimonio-segreto-acte-i/ Acte II : http://www.conservatoiredeparis.fr/nc/voir-et-entendre/videos/article/il-matrimonio-segreto-acte-ii/
      Lire la suite
    Actualité suivante Actualité précédente
  • BioOpen or Close
    Marie Perbost

    Encouragée dès son plus jeune âge par sa mère chanteuse, Marie Perbost entre à la Maîtrise de Radio-France où elle se formera auprès des plus grands chefs (Kurt Masur, Myung Wung Chung…) et fera de nombreux concerts, aussi bien en France qu’à l’étranger. Reçue au Conservatoire National Supérieur de Paris, elle découvre auprès d’Alain Buet et de Cécile de Boever les subtilités du métier d’artiste.
    Marie se passionne pour le riche répertoire du Lied et de la mélodie auprès de l’inspirante Anne le Bozec. Coup de cœur amical et musical, la pianiste Joséphine Ambroselli deviendra sa partenaire privilégiée dans cette aventure artistique. Elles sont récompensées par le Grand Prix du concours international Nadia et Lili Boulanger en 2015, sont lauréates du Concours international « Les Saisons de la Voix » de Gordes en 2014 et obtiennent le prix spécial des « Amis du Lied » au concours international de Lied de Enschede (Pays-Bas) en 2013.
    Chanteuse et comédienne, c’est avec beaucoup de bonheur qu’elle aborde l’opéra et a joué différents rôles parmi lesquels Blanche de la Force dans Le dialogue des carmélites de Poulenc (Didier Henry), Despina dans Cosi fan tutte de Mozart (Paul-Emile Fourny) et Elisetta dans Le mariage secret de Cimarosa (Julien Lubek et Cécile Roussat). Elle a été récompensée lors du concours d’Opéra Grand Avignon par le prix du « Centre Français de Promotion Lyrique », décerné par Raymond Duffaut. Elle porte aussi dans son cœur le répertoire de l’opérette et adore le défendre sur scène !
    Elle est Révélation Lyrique de l’ADAMI 2016.

    De grands chefs lui confient des parties solistes parmi lesquels Lionel Sow dans les Neues Liebeslieder Walzer de Brahms donnés à la Philharmonie de Paris, Emmanuelle Haïm aux Invalides, ou Philippe Pierlot dans la Passion selon Saint Jean de Bach à Notre Dame de Paris. Elle est également invitée comme soliste aux Folles journées de Nantes, du festival de Froville, du festival Mozart, de La Chapelle royale de Versailles, de la Péniche Opéra, du festival du Perigord noir, du festival de la Vézère, du festival Pablo Casals...
    En tant que membre de l’Académie de l’Opéra de Paris (2017/2018), on l’entendra dans le rôle de la jeune fille (La Ronde de Boesmans) sous la direction de Jean Deroyer (amphithéâtre de l’Opéra Bastille).

    Polyvalente, elle se plaît à interpréter des répertoires très variés. Nouveau défi : elle est Soprano solo et membre fondateur de l’Ensemble 101, collectif de théâtre musical contemporain a cappella qui a pour vocation d’interpréter la musique composée par Mike Salomon. Déjantés, drôles et hors-normes, découvrez-les sur www.ensemble101.fr/ !

    Depuis 2012, Marie est bénéficiaire d’une bourse de la Fondation l’Or du Rhin (Fondation de France) et lauréate de la Fondation Kriegelstein ainsi que de la Fondation Meyer.

    In English

    Hailing from a family of musicians, French Soprano Marie Perbost’s first musical experiences date to her time with the Maîtrise de Radio-France, singing concerts at home and abroad under the batons of renowned conductors such as Kurt Masur and Myung Wing Chung. Her musical education continued at the Paris Conservatory with Alain Buet and Cécile de Boever.

    Marie took a keen interest in the repertoire of Lied and French melody thanks to the inspiring teachng of Anne le Bozec. With her perennial pianist and dear friend Josephine Ambroselli, she won the Grand Prix at the 2015 Nadia and Lili Boulanger International Competition as well as prizes at the International Seasons of the Voice competition in Gordes in October 2014 and the 2013 International Lied Competition in Enschende, The Netherlands.

    Singer and actress, Marie’s has played a diverse smattering of opera and operetta roles such as Blanche de la Force in Poulenc’s Le dialogue des carmélites, and Despina in Mozart’s Cost fan tutte. She won a prize from the Centre Français de Promotion Lyrique given by Raymond Duffaut at the Avignon Opera Competition and won the Best Soprano as well as fourth-place prize at the International Geneva Competition in 2016. She was flagged as a 2016 Rising Star by the ADAMI, France’s performers’ rights organization.

    As a soloist, she has caught the eye of many respected conductors and large productions such as Lionel Sow’s interpretation of the Neues Liebeslieder Walzer from the Brahms Requiem at the Paris Philharmonic, Emmanuelle Haïm’s concert at Paris’s Invalides, or Philippe Pierlot’s version of Bach’s Saint John’s Passion at Paris’s Notre Dame cathedral. She has also been invited as a soloist at Nantes’s Folles Journées festival, the Froville festival, the Mozard festival, Versailles’s Royal Chapel, Paris’s Péniche Opéra, the Perigord noir festival, the Pablo Casals festival and numerous other international venues.

    In november 2017, as a member of Opera Bastille academy, she will performing Die Junge Frau in Boesmans’s Reigen under the direction of Jean Deroyer at the Bastille Amphithéâtre.

    An ardent defender of contemporary creation, Marie is a founding member, lead singer and artistic director of the Ensemble 101, a contemporary musical theatre collective that creates and performs its own work. The Ensemble has won numerous awards for French contemporary music and is currently Artist in Residence at the Villa Arson in Nice until 2019. For more information, please visit http://www.ensemble101.fr.

    Since 2012, Marie is a beneficiary of a scholarship from the Rhine’s Gold Foundation (a subsidiary of the Fondation de France), the Meyer Foundation, as well as the Kriegelstein Foundation.

  • EnsemblesOpen or Close
  • AgendaOpen or Close
    6 mai 2017 à 12h30
    Récital au CRR de Paris avec Joséphine Ambroselli

    Auditorium Marcel Landowski, CRR de Paris
    14 rue de Madrid 75008 Paris

    Journée de l’Accompagnement / Rencontres professionnelles

    10h ATELIER : « Les deux cerveaux de l’accompagnateur »
    11h TABLE RONDE : « Vous êtes pianiste ou accompagnateur/trice ? »
    12h30 CONCERT : « Lauréats de concours internationaux d’accompagnement au piano »
    14h30 TABLE RONDE : « Accompagnement de la danse, vers un référentiel de compétences pour le D.E »

    4 mai 2017
    Requiem (op.60) de Rheinberger

    18h à la Johanneskerk, Oisterwijk
    20h45 au Jheronimus Bosch Art Center de ’s-Hertogenbosch

    Requiem (opus 60) - J.G. Rheinberger

    avec les solistes Marie Perbost, Adèle Charvet, Satriya Krisna et Roele Kok
    le Kamerorkest Concerto Brabant et le Herdenkingskoor ’s-Hertogenbosch
    sous la direction de Bernhard Touwen

    6 mai 2017 à 19h
    Le ciel était trop bleu

    Chambre du Prince, Archives de Paris
    60 rue des Francs Bourgeois 75003 Paris

    Avec Josephine Ambroselli, piano et lecture
    Le ciel était trop bleu est un roman musical racontant la vie d’une femme, de ses premiers émois jusqu’à l’accomplissement de ses rêves, de ses illusions jusqu’à la folie. Cette histoire, librement inspirée du roman Une Vie de Guy de Maupassant, est racontée par deux musiciennes : une pianiste et une soprano. Celles-ci allient avec intelligence et finesse des extraits du roman de Maupassant, qu’elles nous content, avec des mélodies qui viennent illustrer les événements dramaturgiques, émotionnels et psychologiques. Elles nous livrent une histoire simple, touchante et poétique : une sorte de petit opéra !

    9 mai 2017 à 19h
    Concert de la classe d’Ensemble Vocaux

    Espace Maurice Fleuret, CNSM de Paris
    209 avenue Jean Jaurès 75019 Paris

    Extrait de Pelléas et Mélisande de Debussy
    avec Jean-Christophe Lanièce

    Alexandre Piquion, professeur
    Damien Lehman, piano

    16 mai 2017 à 20h
    Les mardis du Lied au Goethe Institut

    Goethe-Institut Paris
    17 avenue d’Iéna
    75116 Paris

    Lieder dans les œuvres de Johann Sebastian Bach

    Marie Perbost soprano, Marina Haller contralto, Paul-Antoine Benos alto, Ariane Jacob piano
    Introduction : Volker Haller

    À l’évidence, il s’agit d’un anachronisme…

    En effet, l’histoire du ’Kunstlied’ commence des années après la mort du maître, les Lieder les plus anciens restés au répertoire et dans les oreilles des amateurs sont l’œuvre de Haydn, Mozart ou encore du jeune Beethoven.
    L’accompagnement est confié au seul pianoforte, les poèmes sont anacréontiques, rococos, érotico-licencieux... Rien de tel chez le vieux Jean-Sébastien, déjà bien oublié de son vivant, ringardisé entre autres par ses propres fils...

    Mais si l’on cherche bien, on trouve dans les constructions austères du vieux Maître, dans les solos de la Passion selon Saint Matthieu et selon Saint Jean, dans ses cantates, mais aussi les cahiers de note pour sa fille, Anna Magdalena, les ingrédients du futur Kunstlied : une forme de lien intime entre l’accompagnement et la voix, la mélodie qui exprime le secret des paroles ...
     
    Il existe un deuxième lien entre Bach et le Kunstlied : le piétisme saxon comme attitude commune de base, la Saxe de Bach étant le foyer de ce mouvement qui irriguera, à côté du calvinisme prussien, tout au long du XVIIIe et XIXe siècle les littératures et les musiques allemandes.

    15 juin à 13h
    Récital de Master 2

    Salle Rémy Pflimlin au CNSM de Paris
    209 avenue Jean-Jaurès 75019 Paris  

    Eloge de l’abandon

    Du vieux français bandon (permission), les sens du mot "abandon" possède de multiples facettes : céder, laisser aller, confier et finalement délaisser...la vie n’a de sens que si l’on accepte de s’y perdre, de mourir à soi-même...

    avec Pierre-Yves Hodique, piano
    Louise Pierrard, viole de gambe
    Adèle Gornet, clavecin
    Ryan Veillet, ténor
    Mathieu Dubroca, baryton
    Opus 333, quatuor de saxhorn
    Jean Daufresne, Patrick Wibart, Vianney Desplantes et Corentin Morvan

    25 juin 2017 à 16h
    Les Estivales Baroques

    Cathédrale de Fréjus

    Bach BWV 205, BWV 51 et BWV 82
    Handel HWV 205 et 210

    avec Emmanuel Arakélian, orgue

    27 juin 2017 à 14h30
    Master direction de chant de Kotona Sakurai

    Salle Maurice Fleuret, CNSM de Paris
    209 avenue Jean-Jaurès 75019 Paris  

    Version courte de Ciboulette de R.Hahn

    Kotona Sakurai, piano et direction de chant
    Marie Perbost, Ciboulette
    Igor Bouin, Duparquet
    Benjamin Athanase, Antonin

    1 juillet 2017 à 20h
    L’éclat de l’aube - Eloge de la jeunesse

    Festival Saoû chante Mozart
    Manthes, Prieuré

    Marie Perbost, soprano
    Philibert Perrine, hautbois
    Tanguy de Williencourt, piano
    Avec la participation de Claire Désert

    W. A. Mozart : Fantaisie pour piano en ut mineur K475 ; Lieder "An Chloë" K524 ; "Dans un bois solitaire" K308 ; "Oiseaux, si tous les ans" K307 ; "Das Lied des Tennung" K519, "Das kleinen Friedrichs Geburstag K529 ; "Das Frühling" K597
    R. Schumann : Romances op 94 pour hautbois et piano
    W. A. Mozart : Sonate pour piano à quatre mains en ré majeur K381 (avec la participation de Claire désert)

    2 juillet 2017 à 18h30
    Ombre et Lumière

    Festival Saoû chante Mozart
    Anneyron, Eglise

    Marie Perbost, soprano
    Philibert Perrine, hautbois
    Véra Lopatina, violon
    Iéva Sruogyté, alto
    Gauthier Broutin, violoncelle
    Tanguy de Williencourt, piano

    W. A. Mozart :Sonate violon-piano K304 en mi mineur ; Trio des quilles K498
    R. Wagner : "Mort d’Isolde" pour piano (transcription de F. Liszt)
    W. A. Mozart : Airs d’opéra : "Ach ich fühl’s" (Zauberflöte : Pamina) ; "Deh vieni non tardar" (Le Nozze di Figaro : Suzanne) ; "L’amero, saro costante" (Il Ré pastore : Aminta) ; Finale de la "Gran Partita" K361 : Allegro molto (version pour flûte, hautbois, violon, alto, violoncelle et piano)

    7 juillet 2017 à 17h30
    Le ciel était trop bleu

    Périgueux

    Avec Josephine Ambroselli, piano et lecture
    Le ciel était trop bleu est un roman musical racontant la vie d’une femme, de ses premiers émois jusqu’à l’accomplissement de ses rêves, de ses illusions jusqu’à la folie. Cette histoire, librement inspirée du roman Une Vie de Guy de Maupassant, est racontée par deux musiciennes : une pianiste et une soprano. Celles-ci allient avec intelligence et finesse des extraits du roman de Maupassant, qu’elles nous content, avec des mélodies qui viennent illustrer les événements dramaturgiques, émotionnels et psychologiques. Elles nous livrent une histoire simple, touchante et poétique : une sorte de petit opéra !

    13 juillet 2017 à 20h
    Eole apaisé

    Petit Festival de musique en Trégor

    avec Louis Creac’h et Julie Friez, violon
    Camille Ranciere, Pascale Jardin et Fanny Paccoud, alto
    Sarah Ledoux, violoncelle
    Youen Cadiou, contrebasse
    Anne Marie Blondel, orgue
    Olivier Leinen, flûte et basson
    Jean-Daniel Souchon, trompette
    Marie Perbost, soprano

    En clôture du festival, Marie Perbost et Ma non troppo ont conçu un programme où les éléments se déchaînent avant d’être apaisés par la voix de Pallas, dans la surprenante cantate Éole apaisé (1730) de JS Bach. En réponse à la virtuosité de cet air et de la cantate 51, qui mêle la voix de soprano au son puissant de la trompette divine, Jean-Philippe Rameau s’imposait naturellement avec le célébrissime air de la Folie de Platée et éclatez, fières trompettes de Castor et Pollux

    Un concert éclatant et festif, prélude au traditionnel feu d’artifice tiré le soir sur le port de Locquirec.

    15 juillet 2017 à 20h
    Récital d’été avec Joséphine Ambroselli

    Les escapades musicales
    Château de Salles, Salles

    21 juillet 2017 à 20h
    Festival de la Vézère

    Chapelle des Pénitents Blancs à Donzenac

    Avec Marie Perbost, soprano - Gauthier Broutin, violoncelle - Tanguy de Williencourt, piano - Ieva Sruogyté, alto - Vera Lopatina, violon - Philibert Perrine, hautbois

    Mozart : Quatuors et airs d’opéra

    22 juillet 2017 à 17h
    Marc Chagall et la musique

    Marie Perbost, soprano - Gauthier Broutin, violoncelle - Tanguy de Williencourt, piano - Ieva Sruogyté, alto - Vera Lopatina, violon - Philibert Perrine, hautbois

    Bach, Britten, Telemann...

    22 juillet 2017 à 20h
    Virtuosité, opéra et cabaret

    Festival de la Vézère
    Château du Saillant

    Avec Marie Perbost, soprano - Gauthier Broutin, violoncelle - Tanguy de Williencourt, piano - Ieva Sruogyté, alto - Vera Lopatina, violon - Philibert Perrine, hautbois

    Demersseman, Tchaïkovsky, Poulen, Bolcom

    24 juillet 2017 à 20h
    Récital d’été avec Joséphine Ambroselli

    Hôtel de Bouilhac
    Avenue du Pr FAUREL
    24290 MONTIGNAC-LASCAUX

    7 août 2017 à 20h
    Conversation entre Dieu et une âme croyante 

    Le Concert Etranger au festival de MA festival de Bruges

    Conversation entre Dieu et une âme croyante
    Motets dans l’Allemagne du XVIIe siècle

    Le Concert Étranger
    Itay Jedlin direction, Jean-Luc Ho orgue
    Hammerschmidt, Rosenmüller, Schütz, Scheidt, Scheidemann...
     

    11 août 2017 à 21h
    Le chant français dans tous ses états

    Concert des lauréats des Escales Lyriques
    Casino les Cytises
    Ile d’Yeu

    Avec Germán Enrique Alcantara, Catherine Trottmann, Antoine Chenuet, Marie Perbost

    Jacques Knut, piano

    13 août 2017 à 21h
    Amore, amor, Liebe...

    Concert des lauréats des Escales Lyriques
    Casino les Cytises
    Ile d’Yeu

    Avec Germán Enrique Alcantara, Catherine Trottmann, Antoine Chenuet, Marie Perbost

    Jacques Knut, piano

    14 septembre 2017 à 20h
    Concert d’ouverture de la saison de l’Académie de l’Opéra

    Première rencontre avec les artistes en résidence à l’Académie, dans un programme festif d’ensembles d’opéras et de musique de chambre.
    J’ouvre le bal dans un ébouriffant duo de Beethoven, extrait de Fidelio, suivi par le célèbre quatuor "Mir est so wunderbar..." extrait du même ouvrage.

    21 septembre 2017 à 20h
    Un récital ébouriffant à Bruxelles

    Avec Joséphine Ambroselli, piano

  • PhotosOpen or Close
  • AudioOpen or Close
    Fauré, la bonne chanson
    "J’ai presque peur..."

    Avec Joséphine Ambroselli, piano

    _
    Rossini, Il Signor Bruschino
    "Ah, voi condur volete...ah, donate..."

    Avec Emmanuel Normand, piano

    _
  • VidéosOpen or Close
    Leïla, Les pêcheurs de perles, Bizet
    "Me voilà seule dans la nuit...Comme autrefois..."

    Avec Emmanuel Normand, piano

    Enregistré en l’Église de Catllar, dans le cadre du Festival Pablo Casals
    ADAMI / concertclassic.com

    _
    Concours de Genève
    Récital libre

    Les facettes de l’abandon

    L’abandon amoureux
    - Grandi, "O quam tu pulchra es"
    - Mozart," Giunse alfin... Deh vienni..." Les noces de figaro, Susanne
    - Debussy, Ariettes oubliées, "C’est l’extase langoureuse"
    L’aBandon religieux
    - Poulenc, "mon père...", Les dialogue des carmélites, Blanche de la force
    - Schumann, "Requiem", opus 90 n°7
    L’abandon à la folie
    - Schubert, "Gretchen am Spinnrade "
    - Rameau, "Donnons les plus brillants concerts...aux langueurs...", air de la Folie, Platée
    L’Abandon à la mort
    - Purcell, "thy hand...when i am laid", Didon, Didon et Enee
    - Grieg, "Zur Rosenzeit", opus 48 n°5

    Avec Réginald Le Reun, piano
    et Franck Marcon, clavecin

    _
    Interview RTS culture
    À propos du concours de Genève

    Avec Réginald Le Reun, piano
    et Franck Marcon, clavecin

    _
  • PresseOpen or Close
    " Un beau cadeau à l’auditoire..."
    31 juillet 2014

    Victoria Okada - www.resmusica.com

    " Nous avons entendu la soprano Marie Perbost et la pianiste Flore Merlin qui, dans l’idée de parcourir Paris en musique, construisent un programme à partir de musique de Poulenc. Il s’agit d’un petit panorama de mélodies françaises, d’une grande richesse, stylistiquement très variées, à travers Poulenc (cycle Banalités, Les chemins de l’amour), Satie (Je te veux), Roussel (Le Jardin mouillée), Debussy (cycle Ariettes oubliées) Hahn (« C’est pas Paris, c’est sa banlieue », extrait de Ciboulette) et enfin, Charles Lecoq (1832-1918 ; « Ô Paris, gai séjour », extrait des Cent Vierges). Marie Perbost, qui commente brièvement chaque pièce avant de chanter, est très à l’aise dans ce répertoire, sa voix à une émission naturelle et sa belle diction l’atteste. Défenseuse de l’opérette, elle interprète à la fin le vaste air de Gabrielle des Cent Vierges de Lecocq et c’est un beau cadeau à l’auditoire qui a perdu l’habitude d’entendre une belle exécution d’un air d’opérette."

    Concert du 24 juillet 2014, Festival Debussy

    _
    " Captivant du début à la fin..."
    16 novembre 2015

    Bénédicte Palaux Simmonnet - www.crescendo-magazine.be

    " Le duo Marie Perbost/Joséphine Ambroselli-Brault, captivant du début à la fin – et particulièrement émouvant dans « Zur Rosenzeit » (Grieg)- a reçu le Grand Prix de Duo. "

    Finale du concours Nadia et Lili Boulanger 2015

    _
    "Une éclatante aisance"
    Mars 2016

    Michel Roubinet - www.concertclassic.com

    « Au premier air d’alto fait immédiatement suite le premier air de soprano, Ich folge dir gleichfalls mit freudigen Schritten : la soprano Marie Perbost y apparut d’emblée d’une éclatante aisance – voix généreuse et lumineuse, mêlant délicatesse et puissance, sans doute un peu extérieure dans ce premier air (seul moment de la soirée sur un tempo rappelant Goebel : compliments aux deux flûtes émérites qui doublaient l’air sur ce tempo si vif), beaucoup plus émouvante, et toujours aussi lumineuse, dans le second air de soprano, le dernier de la Passion : irrésistible Zerfliesse, mein Herz – le premier hautbois, Neven Lesage, d’une singulière et remarquable présence tout au long de l’ouvrage, y tenait avec éloquence l’envoûtante partie de hautbois da caccia. »

    Passion selon saint Jean, Cathédrale Notre-Dame de Paris, mars 2016

    _
    "Une artiste complète promise au plus radieux avenir"
    Juillet 2016

    Jean-Stéphane Sourd Durand - www.baroquiades.com

    " Lorsqu’on évoque l’opéra français, un nom apparaît rapidement, celui de Jean-Philippe Rameau, l’orfèvre du baroque « hexagonal ». L’ariette d’Alphise « Un horizon serein », tirée des Boréades offre une sublime surprise, la soprano Marie Perbost dans une robe d’époque aux tons mordorés (...) Sa voix se veut claire et aérienne aux douces intonations. Son « Tout à coup » révèle une puissance insoupçonnée. Les trilles s’enchaînent à une vertigineuse cadence. Ses petits à-coups vocaux sur « Et soulève » produisent une gracile suspension. Lors de ses interventions, elle n’aura cesse de briller vocalement mais également en affirmant son talent de comédienne. Elle exprimera avec conviction l’amour, la joie, la souffrance. Elle se montre « divine » en incarnant la démence sur l’air de la folie « Formant les plus brillants concerts », Platée de Rameau. Sans aucune ambiguïté, Marie Perbost est une artiste complète promise au plus radieux avenir"

    Spectacle Si Versailles m’était chanté
    au Festival de Froville avec Le Capriccio Français

    _
    "Une Elisetta flamboyante..."

    Frédérique Epin - www.olyrix.com

    "Marie Perbost domine la distribution. Son timbre riche et centré, son chant très nuancé et son tempérament incroyable en font une Elisetta flamboyante. Son timbre riche et centré, son chant très nuancé et son tempérament incroyable en font une Elisetta flamboyante."

    Il Matrimonio segreto de Cimarosa - coproduction Cnsm/Philharmonie de Paris
    du 2 au 12 mars 2017

    _
  • ContactOpen or Close

    Pour me contacter, envoyez moi directement un e-mail à bonjour@marieperbost.com
    -

    Inscrivez vous à ma newsletter pour suivre mon actualité !